Visite-privee.fr : un réseau social pour le patrimoine bâti

Les réseaux sociaux pour le monde de l’art et de la culture fleurissent sur la toile. Nous connaissions déjà le Google Art Project et Art Finder (réseaux sociaux puisqu’il est possible aux visiteurs de s’inscrire et de partager leurs oeuvres d’art et leurs galeries entre eux), Artilinki (qui met en relation artistes, centres d’art, lieux d’expositions et collectionneurs) mais également Pictify (le Pinterest du monde l’art).

Après les tableaux et les artistes, le patrimoine bâti a, depuis peu, son réseau social propre. De nombreux musées, lieux d’histoires et monuments historiques sont présents sur Facebook, Twitter et Pinterest. Cependant, ces réseaux sociaux n’ont pas été créés spécifiquement pour ce type de structures et leurs publics. Les lieux culturels doivent composer avec le réseau social et sa structure existante. Visite-privee.fr a, lui, été créé justement dans l’optique de s’adresser aux passionnés du patrimoine, aux propriétaires privés et publics de patrimoine bâti (et donc, non pas forcément classé ou inscrit au registre des monuments historiques), aux propriétaires de maison de famille (qui eux souhaitent créer un réseau social « familial » verrouillé et inaccessible aux non-membres de leur propre réseau) et bientôt aux artisans et métiers de la restauration.

Copie d'écran de la page d'accueil © Visite-privee.fr

Visite-privee.com, une passion à partager autour du patrimoine bâti

Arnaud Dudognon, fondateur et directeur général de visite-privee.fr, a eu l’idée au début des années 2000 de créer un lieu d’échange et de partage de savoirs autour du patrimoine bâti, de leurs propriétaires et des passionnés. A l’époque, il acquiert et rénove une propriété du XVIIIème siècle. Amené à s’intéresser aux matériaux et aux artisans à qui il doit faire appel, il découvre peu à peu l’histoire du lieu et souhaite partager son expérience.

En étudiant les différentes réponses adaptées à ce type de projet, Arnaud Dudognon se rapproche peu à peu du modèle du réseau social. En effet, ce type de plateforme permet à chacun de communiquer en fonction de sa typologie (passionné, propriétaire de lieu patrimonial, propriétaire de maison de famille et bientôt artisan), de faire part de ses retours d’expériences mais également de créer des liens d’affinités. Chaque personne membre du réseau social peut en effet choisir ses lieux favoris, tout en contribuant au contenu d’autres lieux ainsi que des amis.

Visite-privee.fr a été créé à l’été 2011 en collaboration avec des associations de défense du patrimoine, très structurantes à la fois au niveau national et local (Observatoire du patrimoine religieux, Club du vieux manoir, La Demeure historique…). Ces associations soutiennent actuellement le projet car il leur permet à la fois de développer leur propre réseau de défense et de passionnés du patrimoine ainsi que de leur servir de support de communication et d’appel à projet. « Nous n’avons pas vocation, en tant que réseau social, de prendre part à des actions de lobbying ou défendre un intérêt par rapport à un autre. Visite-privee.com existe pour mettre en relation les différents acteurs du patrimoine bâti, dont bientôt les artisans » souligne Arnaud Dudognon.

Copie d'écran d'une fiche de membre © Visite-privee.fr

Aujourd’hui, le site n’a pas encore pu développer de partenariat avec le Ministère de la culture et de la communication et ce pour deux raisons principales : fin 2011, la période n’était pas propice puisque pré-électorale, et à l’heure actuelle le directeur général du patrimoine n’a pas encore nommé.
Le développement du site se fait donc à l’heure actuelle grâce aux réseaux importants des associations du patrimoine et aux 1 800 autres membres (passionnés et propriétaires). Cette plateforme collaborative permet à tous de faire un travail d’inventaire et au-delà de l’attachement des gens avec les lieux patrimoniaux, elle a pour but de rendre les membres et les visiteurs (car il est possible de découvrir et de se renseigner sur les lieux sans être membre) acteurs, de pouvoir apporter des précisions historiques.
Bien que le site s’adresse au grand public, il convient de souligner que les passionnés du patrimoine correspondent aux segmentations classiques des catégories socio-professionnelles du public culturel, soit des CSP+, d’autant plus si on leur demande d’apporter leur contribution et de réagir et d’enrichir les contenus publiés par les lieux patrimoniaux. Arnaud Dudognon reconnaît qu’une grande partie des membres enregistrés sous la typologie « passionnés » sont des étudiants de l’Ecole des Chartes, du Louvre, des professeurs d’histoire, des retraités. Bref, un public très qualifié.

Enfin, le site ne repose pas uniquement sur les participations des membres. Une Community Manager a été recrutée cet été pour animer, au-delà de la page Facebook et du compte Twitter, le réseau social Visite Privée. En effet, il ne s’agit pas tant, souligne Arnaud Dudognon, de développer l’activité des autres réseaux sociaux sur lesquels est présent à des fins de visibilité visite-privee.fr mais le réseau social lui-même.

Quel développement pour ce réseau social ?

Demain, les métiers de la restauration du patrimoine auront eux-aussi leur place sur visite-privee.fr de façon à ce que les échanges et les mises en relation puissent continuer à se développer sur des bases plus complètes. Aujourd’hui, en effet, les propriétaires de patrimoine bâti échangent régulièrement sur le forum afin de partager les différents trucs et astuces quant à la restauration, la valorisation, les recherches de fonds et les ouvertures au public. L’arrivée des artisans et métiers d’art permettra d’enrichir les débats.

Il a fallu aussi que visite-privee.fr développe un modèle économique. Aujourd’hui, la majeure partie des revenus repose sur les abonnements des membres composés à 60% de passionnés, 30% de propriétaires (publics ou privés) et 10% d’associations. Les passionnés peuvent s’enregistrer et s’abonner afin d’avoir accès à une version, premium, en quelque sorte. Ils peuvent bénéficier de tous les contenus historiques mis en ligne par les structures et le réseau. Les propriétaires, eux, ont la possibilité de mettre en avant leur lieu dans les recherches, afficher des informations étendues et bien entendu avoir accès aux informations premium des passionnés. Enfin, dernier segment à pouvoir s’abonner : les propriétaires de maisons familiales. Ces derniers, grâce à un abonnement spécifique, peuvent créer une sorte de sous-réseau social extrêmement fermé, possédant tous les outils d’échanges classiques d’un réseau social mais également d’organisation d’événements. Ce type de « sous-réseau » peuvent être utilisé afin de créer des généalogies et rassembler une même famille autour d’un même lieu, lors de cousinades par exemple.

Le modèle étant en constante évolution, d’autres projets d’échanges et des améliorations sont à attendre d’ici 2013. Le réseau a aujourd’hui 2 000 membres. Quand on sait que les monuments patrimoniaux classés ou inscrits au registre des monuments historiques ne représentent que 10% du patrimoine bâti français, on se dit que ce réseau a encore de beaux jours devant lui. Tout est à construire.

———————————————————————————————————————————————————-

Quelques repères sur le Patrimoine français

Le Patrimoine, premier actif de la France.

Le Patrimoine est une composante essentielle de l’identité culturelle de la France et explique en partie l’attractivité du pays d’un point de vue touristique. La France est de loin la première destination au monde avec plus de 74 millions de touristes internationaux accueillis en 2009[1].

Un Patrimoine français riche et diversifié

En France, le tissu patrimonial comporte environ 500 000 édifices[2] de toute nature. Seuls 10% sont labellisés ou protégés au titre des monuments historiques[3].

Situation du patrimoine en France © Visite-privee.fr

Le Patrimoine protégé appartient en majorité à des propriétaires privés qui en assurent la restauration, l’entretien, en collaboration avec des entreprises spécialisées et les pouvoirs publics.

Le Patrimoine, source d’enjeux économiques et sociaux significatifs

Le Patrimoine en France représente un secteur d’activité qui génère plus de 500 000 emplois dont près de 33 000 emplois directs, 64 000 emplois liés à la restauration et plus de 160 000 emplois liés au tourisme patrimonial.[4]

A ce jour, le patrimoine représente à lui seul 2% des emplois en France. A titre de comparaison, le secteur automobile en représente 3%.

D’un point de vue économique, il génère plus de 21 milliards d’euros de retombées, notamment avec près de 520 millions d’euros de recettes liées aux sites historiques et monuments. Il représente plus de 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour les entreprises de restauration et plus de 15,5 milliards d’euros de retombées pour les professionnels du tourisme patrimonial.[5]



[1] Source : Organisation Mondial du Tourisme

[2] Source : Fondation du Patrimoine

[3] Source : Fondation du Patrimoine et Ministère de la Culture

[4] Source :Ministère de la Culture

[5] Source : Ministère de la Culture

—————————————————————————————————————————–

Mini-bio

Arnaud Dudognon © Visite-privee.fr

Agé de 35 ans, le dirigeant et fondateur du premier réseau social dédié au patrimoine a d’abord exercé dans le domaine de la finance.

Pendant 10 ans, Arnaud Dudognon a conseillé des entreprises familiales, des fonds d’investissements et des grands groupes industriels dans leurs opérations de fusions et acquisitions.
Il a été le collaborateur de prestigieux cabinets et banques d’affaires, tels Lincoln International, Arthur Andersen ou encore Accenture.
Diplômé de la Rouen Business School, ce passionné d’Histoire et d’architecture a toujours eu envie d’entreprendre.

L’idée d’une plateforme collaborative va germer à partir de son expérience personnelle dans le cadre d’un projet familial. Alors qu’il est encore étudiant, sa famille acquiert une maison de caractère du 18ème siècle et se soude autour de sa restauration.
« C’est au cœur de ce projet  familial que j’ai découvert une passion pour le Patrimoine, confie-t-il. Je me suis plongée dans l’histoire du lieu et j’ai, dès cette époque, songé à créer une plateforme qui favoriserait les échanges et les interactions entre les gens pour faciliter recherches et travaux. »

En parallèle de ses activités professionnelles, il se passionne pour le patrimoine bâti et mûrit son projet personnel.
En 2011, il créé la société visite-privee.com avec 9 associés issus du monde économique, culturel et patrimonial. La première version du site voit le jour en juillet.

Sur un sujet similaire

Laissez un commentaire.