La philanthropie d’une entreprise en crise : le cas de la Fondation PSA Peugeot-Citroën

Le constructeur automobile PSA Peugeot-Citroën fait partie des grands fleurons de l’industrie française. Secteur longtemps en crise et devant faire face à des changements de comportements de ses clients, l’automobile a néanmoins connu un ralentissement certain dans sa chute avec la mise en place, coûteuse, de la prime à la casse en 2009 par le gouvernement Fillon.

Depuis juillet 2012, les annonces des plans sociaux et des fermetures d’usines PSA en France se multiplient. La cote de l’entreprise en pâtit auprès du grand public et des investisseurs, les salariés se sentent abandonnés par leur hiérarchie, le cordon ombilical qui les reliaient s’étant brusquement coupé. Cependant, une activité que l’on connaît moins de PSA intervient dans le domaine de la solidarité, de plus en plus nécessaire en temps de crise.

C’est dans ce cadre-ci que Patrick René, délégué général adjoint à la Fondation PSA Peugeot-Citroën, a bien souhaité répondre à nos interrogations sur le travail d’une fondation d’entreprise lorsque celle-ci est prise dans la tourmente d’une crise sociale et financière sans précédent.

Quelles sont les principales missions de la fondation PSA Peugeot Citroën?

La Fondation PSA Peugeot Citroën, créée en juin 2011, a pour objet d’œuvrer en faveur de la collectivité et de l’intérêt général.  Elle est une pièce essentielle du  développement responsable du Groupe PSA Peugeot Citroën.

Elle montre que la croissance du Groupe s’accompagne d’un engagement responsable à l’égard de l’ensemble du corps social. La Fondation soutient  des projets sur le thème de la mobilité solidaire dans quatre domaines :

La mobilité et l’insertion, la mobilité l’éducation et la culture, la mobilité et le handicap, la mobilité et l’environnement.

En quoi consiste votre mission exactement ?

Au sein d’une équipe de trois personnes, ma mission s’articule autour de plusieurs activités. Le Co-pilotage de la Fondation en lien avec le Délégué Général , l’accompagnement et le suivi de ce que nous appelons les grands projets (projets pluriannuels avec des ONG par ex…) , la mise en place et le suivi d’ outils d’évaluation des projets (370 projets soutenus depuis mi-2011) et l’instruction des dossiers reçus tout au long de l’année (+ de 500 projets reçus chaque année).

Quel a été votre parcours ?

De la Direction des Relations Publiques de la Marque Citroën au milieu des années 80 à la Direction de la Communication du Groupe PSA Peugeot Citroën que j’ai rejoint au début des années 2000, j’ai occupé successivement des postes de responsabilité dans les domaines de l’édition, de l’audiovisuel, de l’identité visuelle des marques, de l’évènementiel et enfin du mécénat.

Comment en êtes-vous venu à intégrer le domaine du caritatif?

Par conviction. J’ai eu l’opportunité  de faire un travail dont on perçoit directement l’utilité pour les autres tout en restant au service de mon entreprise.

Quelles sont vos relations avec la société PSA Peugeot Citroën ?

Ces relations sont permanentes. En effet, la Fondation s’appuie sur un réseau actif de Délégués qui se situent sur les sites industriels du Groupe, dans les directions,  dans les marques (Peugeot, Citroën).  Ce sont ces délégués qui, chaque jour,  identifient  de nouveaux projets, suscitent  des parrainages, suivent  et évaluent les projets en cours.

La Fondation s’appuie également sur un réseau de parrains, collaborateurs des sociétés du Groupe,  qui suivent  au plus près du terrain les projets soutenus.

Est-ce que son déficit d’image vous atteint ou justement la Fondation contribue-t-elle à le rehausser ?

La Fondation contribue à améliorer l’image du Groupe même si il ne s’agit pas de sa fonction première.

Au travers de  la Fondation, le Groupe soutient des projets au plus près de ses sites industriels ou de son réseau commercial. Cela renforce l’ancrage local du Groupe et cela renforce pour les salariés le sentiment de fierté et d’attachement à l’entreprise.

Avez-vous subi des baisses drastiques de budget suite à la crise et aux problèmes financiers de PSA Peugeot Citroën?

Comme pour toutes les fondations d’entreprise le budget alloué est fixé de manière définitive pour une durée de 5 ans.

Comment la fondation est-elle perçue par les salariés de PSA Peugeot Citroën ?

Je pense qu’elle est bien perçue.  Un de nos  premiers objectifs est de mobiliser et d’impliquer les salariés dans les actions de la Fondation.  2/3 des projets ont été apportés ou soutenus par un parrain salarié. Le rôle de ce parrain salarié  est de faire le lien entre la  Fondation et l’action de l’association. Tous ces parrains engagés témoignent et nous aident à faire connaitre les associations soutenues. Soumettre un projet à la Fondation permet au salarié d’ouvrir les possibilités de financement à une association qui lui tient à cœur. C’est un véritable rôle d’ambassadeur.  Pour étendre la mobilisation des salariés, la Fondation lance cette année un appel à projets « LES PRIX DE LA FONDATION »   en plus du dispositif de sélection déjà en place. Ces Prix récompenseront  au total 20 projets de salariés partout dans le monde.

Y a-t-il des missions ou des projets que vous mettez en avant à l’heure actuelle du fait de la situation économique ?

Comme l’a bien montré la réflexion-action menée depuis 10 ans par l’Institut pour la Ville en Mouvement*,

la Mobilité est un facteur incontournable de l’insertion sociale et professionnelle.  Aujourd’hui, compte tenu du  contexte économique,  plus de la moitié des projets  que nous soutenons le sont dans le domaine de la mobilité en faveur de l’insertion sociale et professionnelle.  La crise, a en effet, renforcé la nécessité d’intervenir dans ce domaine.

Souhaitez-vous nous parler d’un projet en particulier ?

La Fondation s’est engagée  dans un partenariat avec  la Fédération des Associations de la Route pour l’Education (FARE), pour soutenir les initiatives en faveur de l’accès à la mobilité pour tous. Ce programme baptisé « Mouv’Up! En route pour l’emploi » a pour but de lever les freins à la mobilité en faveur des personnes en recherche d’emploi et particulièrement pour les plus démunis d’entre eux, en développant des plateformes de mobilité solidaire.

Ce programme permettra de donner une nouvelle dimension aux politiques d’insertion, en proposant aux décideurs publics de franchir une nouvelle étape vers le droit à la mobilité pour tous, au plus près des besoins des personnes vulnérables. La Fondation s’est engagée  à  soutenir 20 plateformes de Mobilité d’ici  fin 2014.

—————————————————————

Compléments d’informations :

Une plateforme de mobilité solidaire, qu’est-ce que c’est ?

Pour le demandeur d’emploi, la démarche au sein d’une plateforme, débute par un diagnostic individuel de mobilité, suivi d’une proposition de parcours coordonné par un professionnel. Portée par des associations  de proximité, l’offre intègre une palette de services : aide au permis de conduire via les auto-écoles sociales, location à tarif social de moyens de transport (vélos, scooters, voitures), système de transport à la demande, formation à la sécurité routière, garages solidaires pour la maintenance et la réparation à faibles coûts de véhicules.

Institut pour la ville en mouvement

Lancé par PSA Peugeot Citroën en juin 2000, l’Institut pour la ville en mouvement souhaite contribuer à l’émergence de solutions innovantes pour les mobilités urbaines. Il associe des représentants du monde de l’entreprise à des chercheurs, mêle des universitaires à des acteurs de la vie sociale, culturelle et associative mais aussi à des villes, autour de recherches-actions, de projets réalisés en commun. L’IVM s’est donné pour mission de tester des solutions concrètes, de permettre les comparaisons internationales, de recenser les approches urbanistiques et architecturales les plus originales. Il mobilise en Asie, en Amérique et en Europe des experts et des compétences pluridisciplinaires, diffuse les connaissances et sensibilise l’opinion à l’enjeu que représentent les mobilités pour les sociétés contemporaines.

Sur le même thème

Laissez un commentaire

Paperblog