Guide high-tech au musée des Arts et Métiers

Au Musée des Arts et Métiers, les possesseurs de téléphone mobile peuvent désormais agrémenter leur visite de contenu multimédia. Des sons, des animations et des photos enrichissent la découverte d’une quarantaine d’inventions.

Depuis le 16 janvier, les visiteurs du Musée des Arts et Métiers, à Paris, sont accompagnés d’un nouveau guide « high tech », qui tient dans la poche : leur téléphone portable. Pour savoir à quoi sert le fameux pendule de Foucault par exemple, il leur suffit de photographier avec leur portable, à une quinzaine de centimètres de distance, le code barre en 2D affiché sur le présentoir. Une fois saisie, l’image doit être envoyée à un numéro indiqué, moyennant un coût de 30 centimes d’euros, hors forfait. Deux à trois minutes plus tard, le téléphone reçoit alors animations, photos, sons et texte pour comprendre le fonctionnement du pendule.

Bref, un outil particulièrement à la pointe de la technologie, un peu cher pour l’utilisateur tout de même. Il faut en effet acheter un portable prenant des photos (que les lecteurs qui n’en ont pas osent l’affirmer. Pour ma part, c’est mon cas) et payer 0,30€ l’envoi de la photo (plus ou moins le prix d’un MMS). Alors quand on sait que cette expériementation (jusqu’en mars 2007) portait sur 4 000 oeuvres du musée, on peut comprendre que le visiteur n’ose point trop se renseigner.

Les applications semblent en tout cas sans limite, et le marketing s’en est déjà emparé. Récemment, Nokia a implémenté des codes barres 2D dans les pages de publicité du modèle 6280, permettant ainsi de télécharger, sur son portable, le spot TV du produit. Au Stadium de Toulouse, les supporters de l’équipe de football locale, qui ont acheté leur place sur Internet, reçoivent sur leur portable un code barre 2D, authentifié à l’entrée de la tribune. Quant au journal le Figaro, il envisagerait lui d’associer articles et codes barres 2D pour permettre au lecteur d’en savoir plus…

Sur le même sujet

Laissez un commentaire