JR de retour pour un nouveau projet avec Agnès Varda

Après avoir permis aux visiteurs du Centre George Pompidou de se prendre en photo dans un photomaton et de coller leurs portraits un peu partout dans la rue, après avoir recouvert et « fait disparaitre » la pyramide du Louvre dans une spectaculaire anamorphose, le street artiste JR est de retour avec un nouveau projet. Cette fois il s’est associé à la réalisatrice Agnès Varda autour d’un documentaire appelé Visages villages, documentaire qui a d’ailleurs remporté « l’Oeil d’or » du meilleur documentaire lors du dernier festival de Cannes. On vous parle de ce nouveau projet à voir, qui pourrait être l’une des révélations de l’été.

La France qu’on ne voit pas

Matthieu Chedid (R), Agnes Varda and JR (L) attend the 'Faces, Places (Visages, Villages)' photocall during the 70th annual Cannes Festival at Palais des Festivals on May 19, 2017 in Cannes, France. / Shutterstock.com

Matthieu Chedid (R), Agnes Varda and JR (L) attend the ‘Faces, Places (Visages, Villages)’ photocall during the 70th annual Cannes Festival at Palais des Festivals on May 19, 2017 in Cannes, France. / Shutterstock.com

Ce documentaire a été financé par une campagne de crowdfunding qui avait fait grand bruit. Pourquoi financer un projet de deux artistes reconnus et fortunés quand d’autant plus on ne connait pas le cœur du projet ? Libération en a remis une couche au moment de la présentation cannoise dénonçant « un genre de feel-good documentaire, n’a rien à dire de la France ». Pourtant l’idée est bien là, simplement montrer la France. Ce fût l’un des thèmes de cette interminable campagne électorale, des élus parfois déconnectés de la réalité qui ne connaissent pas la vie de tous les jours des français. Ici, Agnès Varda et JR se contentent de montrer, sans filtre, cette France, sa campagne, ses villes, ses habitants, dans son quotidien, tout ce qu’il y a de plus simple, pour rappeler ce qu’elle est.

Deux regards pour un même film

La formation de ce duo avait surpris, pourtant tout l’intérêt du projet est là : la cinéaste de 89 ans dont la carrière touche à sa fin et le street artiste de 34 ans qui est à son apogée. Ils ont chacun leur point de vue et leur expérience de la vie mais ils partent ensemble sur les routes de France pour que leurs regards ne fassent qu’un et donne vie à ce documentaire. Car finalement, durant les derniers mois, on n’a eu cesse de diviser la France et de parler de ces deux France qui s’opposent. Ce documentaire n’est pas là pour les réconcilier mais pour montrer que finalement il n’y a pas tant de division. Certaines des personnes que l’on croise dans ce film ont été photographiées par JR et comme à son habitude, il a affiché en très grand format leurs portraits, comme pour les sortir de chez eux.

Suivre les pas de JR ?

Ce qui est intéressant avec la démarche de JR est le fait de sortir l’art de son cadre « naturel » pour en faire profiter le plus grand nombre et surtout donner à chacun la possibilité d’y participer. Quand il a installé son photomaton à Beaubourg, les participants étaient invités à coller eux-mêmes leurs photos dans la rue. Alors pourquoi ne pas vous lancer vous aussi ? Dans ce cas on vous conseille un papier à fort grammage voire papier kraft, plus facile à coller, comme en propose La Compagnie du Kraft. JR utilise des imprimantes d’architecte mais vous pouvez utiliser votre propre imprimante et trouver l’encre adéquate sur des sites en ligne comme Inkadoo. Ce film documentaire peut être donc aussi une source d’inspiration pour vous, un moyen de se dire que l’art appartient à tout le monde et que vous aussi vous êtes en droit de le sortir de ses carcans habituels.

Ce film n’a pas vocation à dénoncer, il montre la diversité de la France, simplement. Il n’y a ici aucune critique ou mise en valeur qui sort de l’ordinaire, juste un point de vue sans filtre. L’art est là pour montrer ce que l’on a oublié ou mis de côté, en espérant que d’autres s’en inspirent !

Sur le même sujet

Laissez un commentaire