La culture est-elle morte ?

Bazoo.tv, une des chaînes de TeleQuebec, s’interroge très justement dans une de ses émmisions si la culture est morte…

En effet, la part de la culture dans les médias ne cesse de régresser.

On accorde de moins en moins de place à la culture dans les médias traditionnels au Québec. L’an dernier, un petit 4% de l’espace, contre 15% pour le babillage pléthorique dévolu au Canadien de Montréal !!!! La littérature, la danse, les arts plastiques et l’architecture se font outrageusement rares à la radio, dans les journaux, à la télé. La culture trouvera-t-elle sa planche de salut dans les nouveaux médias? À travers les réseaux sociaux ? Le Divertissement l’a-t-il définitivement emporté sur la Culture ?

Pour débattre de la question, deux hommes aux horizons différents dressent un portrait dépressionniste de la culture dans les médias traditionnels : Jean Barbe, écrivain et Jean-François Dumas, président de la firme Influence communication.
Jean Barbe a depuis plusieurs années le sentiment que les médias traditionnels tournent le dos et la culture. Les chiffres de Jean-François Dumas lui donnent raison : « dans le domaine de l’information, c’est comme à la bourse (sic!), il y a des tendances haussières et baissières. Depuis 5 ans, et il y a un thème dans l’actualité qui baisse année après année, c’est la culture. » Et parmi les pages dédiées à la culture au sens le plus inclusif du terme, « les Beaux Arts » récoltent « seulement, 0,3% » de l’espace médiatique.
Guy Nadon se rappelle qu’autrefois on regardait la télé et on pouvait y voir Tchekhov, Léopold Simoneau ou Guy Hoffman qui jouait le Malade imaginaire. Le jeune Nadon a pu ainsi découvrir Molière. « Maintenant le contenu culturel de Radio-Canada s’appelle Tout le monde en parle !» rétorque Jean Barbe.
Dans un monde où le rôle premier du média est dorénavant d’être rentable, doit-on se consoler que notre presse soit « moins tabloïd » qu’ailleurs ou s’inquiéter que le public finisse pas délaisser les médias établis?

Pour débattre de la question, deux hommes aux horizons différents dressent un portrait dépressionniste de la culture dans les médias traditionnels : Jean Barbe, écrivain et Jean-François Dumas, président de la firme Influence communication.
Jean Barbe a depuis plusieurs années le sentiment que les médias traditionnels tournent le dos et la culture. Les chiffres de Jean-François Dumas lui donnent raison : « dans le domaine de l’information, c’est comme à la bourse (sic!), il y a des tendances haussières et baissières. Depuis 5 ans, et il y a un thème dans l’actualité qui baisse année après année, c’est la culture. » Et parmi les pages dédiées à la culture au sens le plus inclusif du terme, « les Beaux Arts » récoltent « seulement, 0,3% » de l’espace médiatique.
Guy Nadon se rappelle qu’autrefois on regardait la télé et on pouvait y voir Tchekhov, Léopold Simoneau ou Guy Hoffman qui jouait le Malade imaginaire. Le jeune Nadon a pu ainsi découvrir Molière. « Maintenant le contenu culturel de Radio-Canada s’appelle Tout le monde en parle !» rétorque Jean Barbe.
Dans un monde où le rôle premier du média est dorénavant d’être rentable, doit-on se consoler que notre presse soit « moins tabloïd » qu’ailleurs ou s’inquiéter que le public finisse pas délaisser les médias établis?

Pour lire l’article en entier et avoir accès à la discussion, cliquez ici.

Sur le même sujet

Laissez un commentaire