Y a-t-il une guerre des deux livres ?

Selon Robert Darnton, dans un entretien accordé au Monde le 15 janvier, “le livre numérique ne chasse pas le livre imprimé, il le renforce”.

Avec l’évolution de l’information sur Internet, la perte de vitesse des médias traditionnels (presse, télévision), d’aucuns auraient pu penser que l’édition aurait suivi la même pente. Or, selon Robert Darnton, “le” spécialiste mondial de l’histoire du livre et actuellement directeur de la bibliothèque de l’Université d’Harvard, soit la première bibliothèque au monde (400 livres en 1638, 17 millions aujourd’hui, sans compter 400 millions de manuscrits et autres archives), Les maisons d’édition constatent que plus on lit de livres sur une liseuse, plus on achète de livres imprimés. Soit, l’envie de lire et d’acheter des ouvrages imprimés ne fait que croître grâce au numérique. Rien qu’en 2010, les livres numériques représentaient 10% des ventes.

Du fait de cet intérêt croissant pour la lecture, numérique s’entend, on ne peut s’empêcher de rêver à une bibliothèque universelle gratuite, comme l’a initié le projet Gallica. En effet, en 2007, Gallica rassemblait déjà 90 000 ouvrages accessibles au grand public. Aujourd’hui, c’est le projet Europeana qui depuis 2008 reprend le flambeau. Au départ, le projet est lancé sous l’appellation de Bibliothèque numérique européenne (BNE ou BNuE). L’objectif de la BNE est de créer un patrimoine culturel européen et transnational, sous forme numérique, accessible depuis Internet et gratuit pour les œuvres libres de droit. Le nom Europeana est repris du projet de bibliothèque numérique de la France, du Portugal et de la Hongrie.

Suite à l’apparition de Google sur ce marché ô combien lucratif, et ce depuis 2004, Robert Darnton a réussi à réunir les plus importantes institutions culturelles des Etats-Unis, des experts, des juristes et… de grandes fondations privées afin de créer également une bibliothèque numérique échappant à l’emprise de Google et par là-même à un monopole de cette société sur le marché de l’information. Malheureusement cette bibliothèque n’est qu’à l’état de projet. Mais selon M. Darnton “Ça fait vingt ans qu’on aurait dû commencer. Mais c’est encore jouable. Ne loupons pas ce grand tournant de l’Histoire.”

Pour poursuivre la lecture :

Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. Cédric
    5 février 2011 at 21:55 Répondre

    Les nouvelles technologies créent de nouveaux usages mais aussi de nouveaux utilisateurs.
    C’est le cas dans tous les secteurs ou la mutation analogique vers numérique est forte : musique, photo, et maintenant livre…

  2. Cédric
    5 février 2011 at 21:55 Répondre

    Les nouvelles technologies créent de nouveaux usages mais aussi de nouveaux utilisateurs.
    C’est le cas dans tous les secteurs ou la mutation analogique vers numérique est forte : musique, photo, et maintenant livre…

Laissez un commentaire