Le plus grand collectionneur africain fait plier des marchands d’art parisiens

Cet article fait partie de notre revue de presse.

Sindika Dokolo avait mis en garde deux marchands parisiens qui possédaient des sculptures de l’ethnie tchokwe subtilisées pendant la guerre civile angolaise, entre 1975 et 2002 : soit ils acceptaient de rendre les œuvres litigieuses à l’Angola, moyennant un dédommagement symbolique, soit

Lire l’article en entier

Sur le même sujet

Les commentaires sont fermés.