Les musées expérimentent avec Twitter

Les musées sont présents sur la plateforme de microblogging depuis déjà quelques années ; Twitter a d’abord été -et demeure- un outil efficace pour faire connaître ses activités en cours ou à venir. On y “vend,” en 140 caractères ou moins, les expositions, les conférences, les projections, les activités éducatives,  parfois à l’aide d’offres spéciales, de concours, de rappel des journées et des heures habituelles de gratuité. On mentionne au visiteur qu’il ne reste plus que quelques jours pour voir telle ou telle exposition, qu’il y a des promotions saisonnières  à la boutique, etc.

Pour lire l’article c’est ici.

Quelques remarques

Comment ne pas être d’accord avec l’article ! Twitter, tout comme Facebook, d’ailleurs participe à réduire la distance qui peut éventuellement séparer l’institution de son public. Pour bien se faire néanmoins, il est primordial que l’institution n’hésite pas à adopter un discours décalé et un ton plus informel.

C’est ainsi que sont apparues les initiatives #askacurator puis les #tweetup et surtout le très francophone (et pas que français heureusement) #jourdefermeture.

Pour mieux comprendre comment les community managers ou les responsables de communautés des musées gèrent leurs différents compte, je vous invite à jeter un oeil à cet article. Cette prise en compte des nouvelles technologies et de l’adaptation – plus ou moins réussie – de nos musées à rencontrer leurs publics rencontre un écho sur l’article emflammé d’Hélène Herniou “Non, les musées ne sont pas empoussiérés !”. A découvrir rapidement.

Sur le même sujet

Laissez un commentaire