Où est l’exposition de Wim Delvoye ? « Au Louvre »…

L’exposition de Wim Delvoye est un véritable jeu de cache-cache : les œuvres, installées dans les appartements de Napoléon III, se dérobent sans cesse aux regards.

Dites-moi ce que vous voyez. La série des Rorschach.

La série des « Rorschach » est une référence directe aux modèles des planches de tâches destinées aux évaluations psychologiques. Dès le début du parcours, nous voilà plongés dans l’Incertitude …

 

Amor Rorschach, 2012 Bronze niquelé © Wim Delvoye 2012

Que voyons-nous ? Les réponses varieront selon les individus. La série « Rorschach » renvoie le visiteur à sa propre psyché. S’agit-il de jolis chérubins ou bien des monstrueux jumeaux fusionnés des frères Chapman ? Il n’existe pas de réponse univoque.
Mais alors que regardons-nous ? Pas de réponse claire non plus, si ce n’est la sensation que ces sculptures en bronze nickelés se mêlent à la perfection au décorum ampoulé du lieu.

Il faudra donc être attentif pour ne pas rater les œuvres de Wim car certaines sont chromatophores et se dissimulent dans les salles tel des caméléons

Des œuvres dissimulées et des liens cachés.

Près de l’escalier du Ministre, Daphnis et Chloé (Clockwise et Counterclockwise) exposent leurs peaux éclatantes et brillantes mais ces figures antiques restent méconnaissables, piégées dans le tourbillon d’une matière pure en fusion.

Daphnis & Chloë (Clockwise) 2009 Bronze poli argenté © Wim Delvoye 2012

Seul le marbre de l’artiste classique Paul Gayrard fils pourrait, par cette chaude journée du mois de juillet, arrêter la danse effrénée de Daphnis et Chloé, aux prises avec leur tumultueux destin; et enfin nous révéler les liens cachés qui les unissent.

Daphnis et Chloé, 1847 Paul GAYRARD fils, Raymond GAYRARD père, marbre © Musée du Louvre

Les dissimulations ne sont pas toutes métaphoriques.

Cette œuvre est réellement cachée dans une des vitrines.

Bustelli Twisted, 2010 Peinture émaillée sur porcelaine © Musée du Louvre

J’ai cru voir un gros cochon … tapisdermisé

Kashan, 2010 Tapis de soie indienne sur un moule en polyester (tapisdermie) © Musée du Louvre

Persistance rétinienne.

 Les œuvres Twisted dump truck (avec ses pneus) et Suppo modifient, tordent le regard et installent un phénomène de persistance rétinienne.

Dans l’antichambre, une série de pneus est posée nonchalamment sur le sol. La trivialité du pneu s’oppose au caractère sérieux, historique et patrimonial du lieu. Mais la grande qualité technique de cette œuvre sculpter à la main et formant  “une dentelle d’acier”, fait le lien entre ces deux univers. Le choc ou le rejet qu’aurait pu provoquer la présence d’un vrai pneu est atténué par la reprise d’élément du style traditionnel gothique et par la dextérité de l’artiste.

Suppo (De Satan ?) est un suppositoire ou phallus géant en acier planter dans le derrière de la pyramide. Outre cette blague scatologique, Wim Delvoye “souhaitait construire un édifice très haut qui pourrait dialoguer avec la tour Eiffel, l’Arc de Triomphe, l’Obélisque…”

Suppo 2010 Acier inoxydable découpé au laser © Wim Delvoye

Après 40 minutes à voir toutes ces structures et sculptures tordues, distordues et étirées, on voit du Delvoye partout ! Dans un escalier hélicoïdal, dans l’église Saint-Germain l’Auxerrois près du Louvre …

Photo de l’escalier hélicoïdal près du grand salon des appartements Napoléon III. © Musée du Louvre

Les détournements ironiques des styles passés pourraient être la réponse de l’artiste à un public qui “ne voit plus rien dans les musées et ne sait pas quoi regarder”.

Et oui ! Wim veut réveiller le regard de ces visiteurs qui viennent “au Louvre, (…) voir La Joconde, puis manger des macarons.”

Objectif atteint.

 

Wim Delvoye “Au Louvre”

Exposition du 31 mai 17 septembre 2012

Département des Objets d’art, Pyramide du Louvre, Jardin des Tuileries.

———————————————————————————————

Mini-bio

Après l’obtention d’un Master 2 en Histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Audrey Gouimenou a arpenté pendant 3 ans les salles du Musée des arts et métiers comme assistante de médiation scientifique et technique, avant de prendre un virage vers la gestion de projets de communication. Il subsiste de sa formation initiale une ouverture d’esprit face aux expressions protéiformes de l’art contemporain et un besoin d’ajouter à chacun de ses projets une dimension artistique.

Compte twitter @lamlleaudrey

Sur le même sujet

Laissez un commentaire