Sitem 2016 : officialisation du rapprochement entre culture et tourisme

En 2016, le Sitem se tiendra aux Docks, à la Cité de la mode et du design à Paris. Pour la première fois depuis 1997, date à laquelle MuseumExperts organisait un salon de 3 jours à Nantes sur le tourisme culturel, le salon se propose cette année d’aborder, parmi d’autres thématiques, celle des relations entre le tourisme et la culture.

Selon Cyril Leclerc, ces relations sont fondamentales et doivent être étroitement liées pour mener une stratégie de développement culturel local efficace. S’adresser aux touristes ne doit pas permettre à l’organisation culturelle d’écarter les stratégies de politiques des publics locaux, mais  vient en complément afin de permettre à l’institution de bénéficier pleinement du rayonnement de sa région comme destination touristique.

Selon Jean-François Grunfeld, fondateur et commissaire général de Museumexperts :

Il y a d’abord l’évolution interne des musées, et d’ailleurs nous allons cesser de dire musées, qui est une formulation beaucoup trop générale. Les seuls musées concernés sont les « grands musées » et aussi les musées des grandes villes ou des villes culturellement riches. Dans ces dernières, les musées se fondent dans l’offre générale.

Ces grands musées ou ces musées de grandes villes sont peu nombreux en France. Je dirais une centaine (au maximum) sur 1300 musées considérés comme tels par le ministère. Que font ces musées ? Ils soignent ce qui rend leurs collections aimables. Qu’est-ce qui rend leurs collections aimables ? Un bon ou même un très bon restaurant accompagné d’autres lieux de restauration adaptés aux foules. Une ou plusieurs boutiques.  Et pour les nouveaux, avant toute chose l’architecture qui les fait entrer dans la monumentalité moderne. Classique demain.

Evidemment il y a l’agrément des œuvres, leur présentation, leur mise en valeur, le travail professionnel du musée. Mais cette activité muséographique s’élargit elle-même de plus en plus. Le musée a tendance à retrouver une fonction de « maison de la culture » en s’ouvrant à la musique, à la danse, au théâtre même. En créant aussi des expositions « attirantes. Le musée d’Orsay s’est un peu spécialisé dans les expositions X.

Le musée cherche à distraire, et non plus seulement à éduquer, en cela il se rapproche du tourisme. Les événements, les grands nombres, la nécessité du succès, la concurrence féroce l’obligent à utiliser les moyens classiques du commerce. Il doit séduire les publics les plus larges et les plus diversifiés. Le marketing, le numérique qui lui permet des propositions de plus en plus fines pour ses visiteurs : présentation de l’exposition, des œuvres, extension du contexte, maximisation des ressources… Tout cela place le musée dans le champ commun du plaisir et de son offre.

Il y a encore autre chose, une évolution, peut-être la plus importante de toutes : l’extension du terme de culture qui élargit le champ de la conservation, mais qui insidieusement baisse le niveau d’exigence, rend plus facile l’exposition et la notion d’œuvre. Les récentes expositions organisées en grande pompe par les grandes maisons du luxe, Chanel, Vuitton,  mettent le luxe au niveau de l’art. Mais le luxe est partout, publicitairement parlé donc il est banal. Qu’il soit exposé dans les musées permet peut-être d’y pénétrer plus facilement.

Est-ce que tout ceci est positif ?  Peut-être pas. Mais certainement inéluctable.

Un dizaine d’exposants provenant du tourisme viennent déjà régulièrement au salon. Leur ouvrir donc la porte officiellement s’est donc avéré être tout simplement la chose à faire afin de souligner ce lien fort entre les deux domaines.

Sitem 2016
Les Docks, cité de la mode et du design
12-14 janvier
Entrée gratuite
Horaires d’ouverture du salon au public
– mardi 12 janvier: 9h30 – 18h30
– mercredi 13 janvier: 9h30 – 20h
– jeudi 14 janvier: 9h30-17h

Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. 23/12/2015 - Sitem 2016 : officialisation du ra...
    23 décembre 2015 at 10:04 Répondre

    […] Point de vue de Jean-François Grunfeld, fondateur et commissaire général de Museumexperts organisateur de l'évènement.  […]

  2. Sitem 2016 : officialisation du rapprochement e...
    25 janvier 2016 at 19:54 Répondre

    […] En 2016, le Sitem se tiendra aux Docks, à la Cité de la mode et du design à Paris. Pour la première fois depuis 1997, date à laquelle MuseumExperts organisait un salon de 3 jours à Nantes sur le tourisme culturel, le salon se propose cette année d’aborder, parmi d’autres thématiques, celle des relations entre le tourisme et la culture. Selon Cyril Leclerc, ces relations sont fondamentales et doivent être étroitement liées pour mener une stratégie de développement culturel local efficace. S’adresser aux touristes ne doit pas permettre à l’organisation culturelle d’écarter les stratégies de politiques des publics locaux, mais vient en complément afin de permettre à l’institution de bénéficier pleinement du rayonnement de sa région comme destination touristique. Selon Jean-François Grunfeld, fondateur et commissaire général de Museumexperts : Il y a d’abord l’évolution interne des musées, et d’ailleurs nous allons cesser de dire musées, qui est une formulation beaucoup trop générale. Les seuls musées concernés sont les « grands musées » et aussi les musées des grandes villes ou des villes culturellement riches. Dans ces dernières, les musées se fondent dans l’offre générale. Ces grands musées ou ces musées de grandes villes sont peu nombreux en France. Je dirais une centaine (au maximum) sur 1300 musées considérés comme tels par le ministère. Que font ces musées ? Ils soignent ce qui rend leurs collections aimables. Qu’est-ce qui rend leurs collections aimables ? Un bon ou même un très bon restaurant accompagné d’autres lieux de restauration adaptés aux foules. Une ou plusieurs boutiques. Et pour les nouveaux, avant toute chose l’architecture qui les fait entrer dans la monumentalité moderne. Classique demain. Evidemment il y a l’agrément des œuvres, leur présentation, leur mise en valeur, le travail professionnel du musée. Mais cette activité muséographique s’élargit elle-même de plus en plus. Le musée a tendance à retrouver une fonction de « maison de la culture » en s’ouvrant à la musique, à la danse, au théâtre même. En créant aussi des expositions « attirantes. Le musée d’Orsay s’est un peu spécialisé dans les expositions X. Le musée cherche à distraire, et non plus seulement à éduquer, en cela il se rapproche du tourisme. Les événements, les grands nombres, la nécessité du succès, la concurrence féroce l’obligent à utiliser les moyens classiques du commerce. Il doit séduire les publics les plus larges et les plus diversifiés. Le marketing, le numérique qui lui permet des propositions de plus en plus fines pour ses visiteurs : présentation de l’exposition, des œuvres, extension du contexte, maximisation des ressources… Tout cela place le musée dans le champ commun du plaisir et de son offre. Il y a encore autre chose, une évolution, peut-être la plus importante de toutes : l’extension du terme de culture qui élargit le champ de la conservation, mais qui insidieusement baisse le niveau d’exigence, rend plus facile l’exposition et la notion d’œuvre. Les récentes expositions organisées en grande pompe par les grandes maisons du luxe, Chanel, Vuitton, mettent le luxe au niveau de l’art. Mais le luxe est partout, publicitairement parlé donc il est banal. Qu’il soit exposé dans les musées permet peut-être d’y pénétrer plus facilement. Est-ce que tout ceci est positif ? Peut-être pas. Mais certainement inéluctable. Un dizaine d’exposants provenant du tourisme viennent déjà régulièrement au salon. Leur ouvrir donc la porte officiellement s’est donc avéré être tout simplement la chose à faire afin de souligner ce lien fort entre les deux domaines.  […]

Laissez un commentaire