Un nouveau réseau pour les musées parisiens

Logo Paris Musées © Paris musées

Logo Paris Musées © Paris musées

Depuis près de trois mois (le 1er janvier 2013) les quatorze musées de la Ville de Paris sont réunis au sein d’un nouvel établissement public administratif, Paris Musées afin de privilégier la mutualisation et l’unité de la collection municipale. L’établissement public, successeur de feu le Bureau des musées de la Ville de Paris, bénéficie d’une autonomie juridique et financière lui permettant de fédérer moyens et actions dans le but de donner plus de cohérence, de simplicité et de dynamisme à la gestion des musées., tous extrêmement différents que ce soit en taille, collection ou budget.

Paris musées a également pour objectifs, comme nous le verrons ci-dessous, de poursuivre le développement des publics et de d’en accroître la fréquentation, mais aussi de développer des activités et des événements culturels, d’améliorer le confort de visite et les dispositifs de médiation,

A cette occasion, nous avons rencontré Philippe Rivière, Chef du service multimédia, afin de mieux comprendre comment allaient se présenter les missions de Paris Musées sur la toile.

Doter tous les musées d’un site web performant

Aujourd’hui sur les quatorze musées que compte la Ville de Paris, seuls sept ont un site web. C’est très peu et clairement insuffisant pour que ces musées se démarquent de l’offre concurrentielle de la région parisienne.

Paris musées dispose depuis peu (le 4 avril) d’un site web. Philippe Rivière souhaite pouvoir équiper tous les musées d’un site web, avec chacun ses spécificités, son autonomie et bien entendu sa charte graphique (l’url cependant sera une dépendance de paris.fr pour plus de cohérence).

Quant au site de Paris Musées, il n’a pas vocation à gommer les individualités de chaque musées mais à les valoriser, dans le cadre de la politique culturelle de la Ville de Paris, à mettre ce service en avant, souligne Philippe Rivière. Il a également pour mission d’assurer une présence web globale à chacun des musées, sachant que les sites web de ces derniers ont pour objectif d’être en ligne d’ici la fin du premier semestre 2014. Cette plateforme, non responsive, dans un premier temps pour des questions de délais nous affirme-t-on, a le mérite de présenter de façon synchronisée, tous les agendas et les collections des différents musées. Des contenus complémentaires comme des interviews, des ateliers vidéo pourront être publiés par la suite.

Page d'accueil du site web du musée Carnavalet © Musée Carnavalet/Paris musées

Page d'accueil du site web du musée Carnavalet © Musée Carnavalet/Paris musées

Ces contenus se trouveront également publiés sur le site web du musée concerné, qui pourra l’enrichir avec des contenus différents et soit renvoyer le visiteur vers les bases de données qui hébergent sa collection (ex . Le musée d’art moderne avec Vidéomuseum), soit l’afficher directement sur son site via une API (Application Programming Interface) ou un flux XML (grâce aux contrats des autres musées avec Adlib).

Une meilleure présence sur les réseaux sociaux

Au-delà de la création d’une vitrine pour chacun des musées (90% des sites devrait être publié d’ici fin 2013), Paris Musées a également pour mission d’accompagner les musées dans leur prise de parole sur les réseaux sociaux.

Page d'accueil du compte Twitter du musée d'art moderne de la Ville de Paris © Musée d'art moderner/Paris musées

Page d'accueil du compte Twitter du musée d'art moderne de la Ville de Paris © Musée d'art moderner/Paris musées

En effet, Philippe Rivière souligne que, bien que les musées aient peur de mal faire ou soient assez méfiants vis-à-vis des réseaux sociaux, il devient primordial qu’ils prennent et maîtrisent la parole sur leur institution sur de tels supports. Plusieurs musées de la Ville de paris sont déjà bien actifs sur Twitter notamment : le Petit Palais, le Musée d’art moderne ou encore le musée Carnavalet.

Dans ce cadre, le service multimédia de Paris Musées n’a pas vocation à développer et gérer un espace sur les réseaux sociaux en nom et place des musées de la Ville de Paris, mais plutôt à former et à accompagner les structures qui souvent, faute de moyens, n’ont pas les compétences en interne. le service multimédia de Paris Musées est également là pour rassembler et monter en réseau les différents interlocuteurs de chaque musée. Ainsi, en ce qui concerne Philippe Rivière, les responsables communications et leurs équipes peuvent être amenés à échanger régulièrement et à se rencontrer afin de développer des bonnes pratiques sur la fidélisation de leur public ou pourquoi pas mettre en avant des opérations communes.

Ces actions sont particulièrement importantes pour les petits musées qui ont besoin actuellement d’être accompagnés dans ce domaine, que souvent ils connaissent assez mal.

Développer les interactions et les dispositifs d’aide à la visite

Là aussi les missions du service multimédia de Paris Musées sont primordiales pour les petits musées.

Les musées sont les détenteurs de contenus, ajoute Philippe Rivière, il est donc important pour eux de les mettre en avant, de les valoriser avec le concours, notamment, de chargés de projets multimédias.

Parallèlement à des initiatives préalablement menées par les musées, comme la reconstitution en 3D de la crypte archéologique du parvis de Notre-Dame réalisée dans le cadre de l’exposition Paris disparu, Paris restitué, le service de Philippe Rivière est donc force de proposition (et de cadrage) pour les projets des différents responsables des services culturels des musées et apporte également son support et son aide à la mise en place des différents dispositifs.

http://www.dailymotion.com/video/<iframe src="http://www.dailymotion.com/embed/video/xxb3sv" frameborder="0" width="480" height="270"></iframe><br /> <a href="http://www.dailymotion.com/video/xxb3sv_paris-disparu-paris-restitue_creation" target="_blank">Paris disparu, Paris restitué</a> <em>by <a href="http://www.dailymotion.com/paris_musees" target="_blank">paris_musees</a></em>

Ainsi en avril, le musée d’art moderne aura développé conjointement avec le service multimédia de Paris Musées et ses propres médiateurs une application sur tablette pour son exposition Keith Haring. Une réflexion est également en cours pour valoriser les collections permanentes du musée Cernuschi (actuellement fermé).

Enfin, le service multimédia de Paris Musées est là pour proposer les meilleurs outils et lancer les appels d’offres en collaboration avec les musées.

 

____________________________________________

MINI-BIO

Philippe Rivière © DR

Philippe Rivière © DR

Philippe Rivière est chef du service Web et Multimédia de Paris Musées.
L’établissement public « Paris Musées » réunit les 14 musées municipaux et les services mutualisés. Il a pour mission la mise en valeur des collections municipales, la programmation d’expositions et la réalisation de publications de haut niveau, le développement et l’élargissement des publics.

Auparavant, Philippe Rivière fut responsable du pôle diffusion numérique de la Cité de l’architecture et du patrimoine (de 2009 à 2013) et en charge de la Direction des Systèmes d’information (de 2011 à 2013). A ce tire, il a géré et mis en place les différents sites Web, les applications mobiles, les dispositifs interactifs en salle et des expérimentations diverses (NFC, table multitouch, etc…)

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Museum and the web 2014. Baltimore, me voilà ! | Le e-Moleskine d'@fxbodin
    13 mars 2014 at 20:13 Répondre

    […] de l’eau de la Réunion, Philippe Riviere (resp. Web et Multimédia à Paris Musées – son projet), […]

Laissez un commentaire