Le jeu vidéo, un mode fundraising innovant pour la charité

Article écrit en collaboration avec PokerStars

Les nouveaux modèles de charité mettent à l’épreuve les façons traditionnelles d’élever des fonds pour la bonne cause.

Le secteur de la charité doit faire face à de nombreux challenges difficiles. Un récent rapport de the Charities Aid Foundation  a montré que les dons avaient chuté de 20% l’an dernier.

Il est donc clair que retrouver des personnes qui souhaitent s’investir dans une cause est une rude épreuve. Comment les opérations de charités peuvent-elles trouver de nouveaux dons, garder ses fidèles, et avoir des rentrées d’argent régulières ? Mais surtout, comment les associations caritatives arrivent à faire en sorte que les gens, en plus de donner de l’argent, donnent de leur temps et de leurs ressources quand ils se sentent de plus en plus serrés financièrement et étouffés par les semaines de travail ? En affrontant les méthodes traditionnelles de création de fonds, de ressources, et de volontariat, de nouvelles méthodes permettent aux gens d’avoir la possibilité de s’investir et de sentir leur action comme un effet positif direct.

Copie d'écran du jeu Cancer Research Jam

Copie d’écran du jeu Cancer Research Jam

Prenons donc l’exemple du jeu vidéo : Le Marie-Curie Cancer Care en Angleterre à réussi à augmenter sensiblement son nombre de dons grâce à la création d’un jeu de plateforme qui nécessite que le joueur revienne jouer fréquemment. Pour lui, c’est de l’amusement et du temps utilisé pour se détendre. C’est cette nouvelle catégorie de donneurs qui représente l’avenir, les nouvelles générations élevées avec Internet et passant des heures en ligne sont sensibles à ce genre de démarche. Le jeu vidéo touche leur nature compétitive et leur quotidien. Grâce à ses partenaires, l’Institut développe actuellement un nouveau jeu en ligne dans lequel on propose au joueur de nombreuses options payantes ou gratuites, et via lesquelles il peut gérer ses victoires, ses dons, et ses préférences de compte.

Dans la même logique, le leader mondial du poker en ligne PokerStars s’est également pris au jeu en travaillant avec Cancer Research UK pour sortir une application pour permettre aux scientifiques d’étendre leurs recherches sur le cancer. « Genes in Space » ( Gênes dans l’espace ) est sorti en février 2014, journée mondiale du cancer. Cette application aide les scientifiques à analyser une immense quantité de données qui seraient beaucoup trop longues à traiter sur ordinateur. Les données aident les chercheurs à trouver des indices génétiques au sujet du cancer, entre autre ses tendances à se disperser et grandir.

Enfin, la façon la plus simple de récupérer de l’argent grâce aux jeux vidéo reste les marathons gaming. Pour motiver les joueurs, leurs dons peuvent leur permettre de décrocher de très gros lots lors de tirages au sort. A partir de certains paliers, les joueurs ont la possibilité d’avoir des défis annexes (comme finir le jeu à 100%, avoir la possibilité de faire des bugs…). Les dons de ces marathons gaming repartent souvent pour de grosses associations comme la lutte contre le cancer aux Etats Unis ou, en France, pour Médecins Sans frontières. Les joueurs sont aussi là pour le spectacle, ils peuvent être témoins de nouveaux records et de moments rares. C’est encore une fois une logique qui va dans les deux sens, l’événement s’enrichit en enrichissant la personne qui y participe.

En plein marathon gaming DR

En plein marathon gaming DR

Il existe de nombreuses autres pistes à trouver qui peuvent, comme le jeu vidéo, surfer sur les tendances actuelles tout en permettant à des associations de se faire connaître et d’augmenter leurs donneurs.

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Le jeu vidéo, un mode fundraising innova...
    4 juillet 2014 at 09:30 Répondre

    […] Article écrit en collaboration avec PokerStars Les nouveaux modèles de charité mettent à l’épreuve les façons traditionnelles d’élever des fonds pour la bonne cause. Le secteur de la charité doit faire face à de nombreux challenges difficiles.  […]

Laissez un commentaire