Le “Vaisseau Fantôme” de Wagner fait escale à l’Opéra de Marseille

Le “Vaisseau Fantôme” de Richard Wagner, qui se donne à l’Opéra Municipal de Marseille, en co-production avec les Chorégies d’Orange, revisite le thème de la rédemption de l’Homme par l’amour. Sans entracte puisque le compositeur préférait que le public savoure du début à la fin l’essence même de sa création, dirigée minutieusement ici-même par le talentueux chef d’orchestre Lawrence Foster.
Une œuvre de jeunesse, à cheval entre le style classique de l’opéra et le fameux style wagnérien, souhaitant de son temps révolutionner la forme, dont les thèmes porteurs sont l’errance ou encore l’arrivée d’un personnage inconnu.


Senta en proies avec son marin. Photo Christian Dresse

A travers un marin hollandais, interprété par le très solaire Andrzej Dobber, dont l’épave sied en plein milieu de la scène précédé par une image vidéo de vagues noires, qui doit trouver sa rédemption une fois tous les 7 ans en se posant à terre, dans le but de trouver l’amour fidèle et éternel.
Cette quête pourrait s’en trouver assouvie par l’intermédiaire de Senta, dont l’interprète Marie Todorovitch, vient nous illuminer par sa bonne humeur et sa voix enchantant cette scénographie pourtant plutôt sombre. Le duo s’en trouve parsemé d’incursions de la part du père de Senta, le marchand Daland, mis en lumière par Kurt Rydl, lié par son pacte avec ce marin hollandais en échange de la main de sa fille.
Plusieurs chœurs populaires, interprétés à la fois par des marins locaux et leurs épouses, viennent tantôt égayer et raviver l’œil du public comme une ode aux célébrations germaniques anciennes avec ses danses et ses lieder.
Seule ombre à ce dessein malgré tout funeste, Erik, dont Tomislav Muzek viendra exprimer ses sentiments de désespoir de perdre Senta.
Un conte romantique, dont Wagner est un des artisans du courant, qui nous transporte dans cet univers maritime, cher à la ville phocéenne.

Opéra Municipal de Marseille, 2 rue Molière, 13001 Marseille
Du 21 au 29 Avril 2015.

Sur le même sujet

Laissez un commentaire