Rencontre avec Les Filles sur le pont

Culture com blog a rencontré Les Filles sur le Pont  et nous avons parlé de culture, de public et bien-sûr de la 10e édition de Culture au Quai.

En quelques mots, pouvez-vous dire aux lecteurs du blog Culturecom qui sont les Filles sur le Pont ?

Claire Ruszniewski : Je suis Claire, co-fondatrice de Culture au Quai, je fais le lien avec les institutions culturelles et gère les partenariats publics et privés. Je travaille aussi au renouvellement du format de l’événement Culture au Quai. L’une de mes motivations est d’aller chercher grâce à cette manifestation les publics les plus éloignés, les plus fragilisés afin de les familiariser avec l’offre culturelle qui les entoure.
Pauline Gouzenne : Je suis Pauline l’associée de Claire. Les rôles n’étant pas partagés 50 / 50 mais fusionnés, je gère la partie administrative et financière des aspects évoqués par Claire, ainsi que la mise en oeuvre de l’événement avec le pôle régie. On s’est rencontré il y a dix ans, nous travaillons ensemble au quotidien afin de faire de Culture au Quai un moment populaire autour de l’accès à la culture et un vrai moment de fête.

Si vous deviez résumer Culture au Quai en quelques mots, quels seraient-ils ?

Pauline : C’est un évènement hybride. C’est à la fois un festival où on peut voir des artistes sur scène, découvrir des spectacles et participer à des débats lors de petits modules d’une trentaine minutes environ et tout cela gratuitement. C’est aussi un espace de rencontres avec près de 250 lieux culturels. Pour les professionnels de la culture, c’est l’occasion rêvée de rencontrer le public, faire découvrir sa programmation et vendre des billets. C’est un outil marketing formidable qui s’adapte aux moyens et à la taille de chaque lieu. Que vous soyez La Maison d’Art de la Rue ou Radio France, vous pouvez présenter votre offre et discuter en direct avec le public. Culture au Quai est un lieu pour partager et faire vivre la culture en direct avec la possibilité d’être accompagné et de se faire conseiller.

Claire : Culture au Quai, c’est aussi une journée dédiée aux professionnels, le vendredi, afin de mettre en commun les réflexions et expériences sur les questions du champ social et de la culture.

Comment est née l’idée de culture au quai ?

Pauline : Nous avions parlé au FICEP (ndlr Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris ) de notre envie de créer un espace à la fois de fête de la culture et lieu d’échange pour les professionnels. Le FICEP nous a indiqué qu’il existait à Amsterdam le Uitmarkt, le marché des sorties et que cela ressemblait à notre projet. Nous avons étudié le format pendant deux ans pour l’importer en France, à Paris (ndlr Le Uitmarkt est un festival organisé chaque à la fin de l’été à Amsterdam, et qui ouvre la saison culturelle).

Pourquoi avoir choisi le quartier Jaurès ?

Claire : Dans l’ADN du Uitmark il y avait déjà l’idée d’être dans une zone pas nécessairement centrale. Au début de Culture au Quai, on s’est installé dans le 13e mais le public qui venait était amené par le plan de communication, il y avait peu de circulation naturelle et d’infrastructure pour porter le festival. En 2010, nous avons déménagé dans le 19e.

Pouvez-vous décrire l’ambiance de Culture au Quai ?

Pauline : Les habitants du quartier passent voir les concerts gratuits et découvrir les offres des lieux culturels à l’instar des abonnées du Théâtre du Rond Point qui se rendent à Culture au Quai, entre une balade dominicale dans le 19e au bord de l’eau, un arrêt au food truck ou un ciné. C’est une ambiance très différente d’un salon Porte de Versailles

.

Quels retours avez-vous eu des lieux culturels présents en matière de typologie de visiteurs ?

Claire : La tendance qui se dégage et se confirme est la suivante :
-1/3 est un public habitué, qui connait les différentes offres et est très aguerri.
-1/3 est consituté d’un public familial, jeune, peu informé en recherche d’informations et curieux.
– enfin 1/3 sont des flâneurs et des gens curieux mais néophytes. Le festival est alors un moyen de faire vivre une expérience artistique à ce public de manière directe.

Pauline : les lieux culturels adaptent souvent leur démarche, ils viennent avec des offres spéciales. Ils se mettent en scène afin de favoriser les rencontres avec un public qui parfois à du mal à faire le premier pas. Cela peut être dur de pousser la porte du Théâtre de l’Odéon, d’une galerie ou d’un musée.

Et quels sont les retours du public ?

Pauline : Les animations et spectacles permettent d’approcher la culture plus facilement. Pour l’anecdote, après un atelier avec une classe, un des jeunes participants nous a dit qu’il s’était senti considéré. Que le public qui pratique peu d’activités culturelles se sente considéré et concerné lors du festival est une grande victoire pour nous.

Quoi de spécial pour cette 10e edition ?
Pour les professionnels ?

Claire : Et bien, nous avons vraiment axé nos efforts sur l’offre jeune public et sur les enjeux de la culture et du champ social. La journée de vendredi est l’occasion de donner une vraie place aux acteurs du champ social et des professionnels du développement des publics qui ont besoin et envie d’échanger autour de ce thème pour progresser ensemble.

et pour les visiteurs ?

Pauline : Les mots clefs de cette édition sont Engagé & Solidaire. Pendant le week -end, le grand public découvrira les liens forts entre champ social et culture grâce aux spectacles. Ils verront à quel point une pratique culturelle (faire de la musique, écrire des chansons, faire du slam) est un moyen de rentrer en dialogue avec l’autre et de retrouver de l’estime de soi. En suscitant la curiosité, on veut aussi créer de l’engagement. Les visiteurs sont aussi des citoyens et les en sensibilisant à ces questions on peut espérer qu’ils s’engagent, et pourquoi pas auprès d’une des associations présentes sur Culture au Quai.

Culture au Quai dans 10 ans ça donne quoi ?

Claire : Nous avons le projet d’une plateforme dématérialisée qui permettrait de toucher plus de monde. Cette plateforme s’appellerait PLACE DE LA CULTURE. Elle prendrait la forme d’une carte interactive de la France et référencerait, valoriserait toutes les actions de développement de l’accès à la culture. L’objectif est de favoriser les mises en contact des acteurs du secteur culturel au sens large (Agence civique, association, théâtre, musée et porteurs de projets de développement des publics etc.)

Pensez-vous implanter des Culture au Quai dans d’autres villes ?

Pauline : La richesse de l’offre parisienne est unique au monde. On est persuadé que ce salon est un outil pertinent et on croit au déploiement de ce projet. Pour le moment, on veut lancer cette plateforme numérique.

Claire : Par ailleurs, les régions et même d’autres pays sont présents à Culture au Quai (La Meuse, Caen etc.) La Suisse a un stand par exemple car le tourisme culturel est en pleine explosion et ce tiers de public qui planifie sa vie culturelle est très sensible et ravi de découvrir l’offre d’une ville. On adorerait avoir Berlin et Londres !

Pour conclure, moment « Parole d’expertes ». Selon vous, quels sont les ou la plus grande(s) évolution(s) dans le secteur culturel en 10 ans ?

Claire : Les institutions culturels sont beaucoup plus ouvertes. Les institutions sont dans une vraie (re)conquête des publics à la hauteur des enjeux sociaux et politiques d’aujourd’hui. Ils savent qu’ils ont un rôle prépondérant dans la société de demain.

Pauline : On ressent face à ces enjeux moins d’appréhension et de peur de mutualiser les publics. L’offre aussi s’est vraiment métamorphosée. La Gaité Lyrique, par exemple, pourrait être installée dans plusieurs villages. L’éventail d’activités des lieux est de plus en plus large et pluridisciplinaire.

 

A RETENIR

 Quai de Loire, Paris 19
GRATUIT pour les visiteurs 🙂
 Vendredi 22 septembre, Journée dédiée, sur inscription,  www.cultureauquai.com à partir du 1er juin

Vous êtes un opérateur culturel (éducation, tourisme, musée, théâtre, centre d’art, centre culturel etc.) et vous souhaitez participer à CULTURE AU QUAI – 10e édition – afin de faire connaître vos offres, activités et programmes ?

Et bien, si c’est votre première participation : bénéficiez d’une remise de 10 % avec le code CULTURECOM (hors frais de participation) pour les stands de 12m2 et plus. 

Pour réserver votre stand c’est par là ! contact@lesfillessurlepont.com

Sur le même sujet

Laissez un commentaire