Des oeufs de Fabergé réunis par un oligarque à Saint Pétersbourg

Source AFP

Un musée présentant une riche collection d’oeufs de Fabergé a été inaugurée mardi dans l’ancienne capitale impériale, Saint-Pétersbourg, par l’oligarque Viktor Vekselberg, qui a réuni la collection, dispersée à l’étranger après la Révolution bolchevique de 1917.

Neuf oeufs (sur une cinquantaine au total) du célèbre joaillier russe Pierre-Karl Fabergé (1846-1920), d’origine franco-danoise, qui a travaillé pour la cour impériale à Saint-Pétersbourg, sont exposés dans un nouveau musée, situé en plein centre-ville, dans le palais Chouvalov. Ils ont été rachetés en 2004 par le milliardaire russe Viktor Vekselberg à des héritiers du magnat américain Malcom Forbes (1919-1990), qui avait rassemblé la collection.

De nombreux oeufs de Fabergé ont en effet été vendus à l’étranger par les bolcheviques ou bien emportés avec eux par des proches de la famille impériale, les Romanov, ayant fui la Russie après la Révolution de 1917. Selon des experts, la collection présentée à Saint-Pétersbourg est l’une des plus riches au monde.

Neuf oeufs (sur une cinquantaine au total) du célèbre joaillier russe Pierre-Karl Fabergé (1846-1920), d’origine franco-danoise, qui a travaillé pour la cour impériale à Saint-Pétersbourg, sont exposés dans un nouveau musée, situé en plein centre-ville, dans le palais Chouvalov. Ils ont été rachetés en 2004 par le milliardaire russe Viktor Vekselberg à des héritiers du magnat américain Malcom Forbes (1919-1990), qui avait rassemblé la collection.

De nombreux oeufs de Fabergé ont en effet été vendus à l’étranger par les bolcheviques ou bien emportés avec eux par des proches de la famille impériale, les Romanov, ayant fui la Russie après la Révolution de 1917. Selon des experts, la collection présentée à Saint-Pétersbourg est l’une des plus riches au monde.

Le joaillier Fabergé a réalisé une cinquantaine d’oeufs pour la famille impériale russe, une tradition inaugurée en 1885 par le tsar Alexandre III qui avait offert à son épouse, la tsarine Maria Fedorovna, un premier oeuf richement décoré de pierres précieuses pour Pâques. Les oeufs contenaient chaque fois une surprise, un cadeau.

Le musée, qui sera ouvert au public en décembre, présente en tout plus de 4.000 objets d’art russe, parmi lesquels, les oeuvres de Fabergé.

Sur le même sujet

Laissez un commentaire