Dynamo, de l’ombre à la lumière

Sur près de 4000m², le Grand Palais présente jusqu’au 22 juillet une des plus grandes expositions sur l’art cinétique (art uitlisant la lumière et la vitesse [NDLR]) : DYNAMO.
L’exposition montre comment, de Calder à Kapoor, de nombreux artistes ont traité les notions de vision, d’espace, de lumière et de mouvement dans leurs œuvres, en réalisant souvent des installations dans lesquelles le visiteur est partie prenante : les atmosphères chromatiques et changeantes d’Ann Veronica Janssens, les miroirs kaléidoscopiques de Jeppe Hein ou les réalisations in situ de Felice Varini (à voir de jour pour un meilleur effet).

L’exposition, magnifique mais néanmoins à déconseiller aux personnes épileptiques (et ce n’est pas une plaisanterie !), se déroule sur un parcours de près de 3 heures si on prend le temps de manipuler les mobiles, se promener tranquillement dans les installations et utiliser le dispositif NFC mis en place par Orange, partenaire de l’exposition.

 

Pour avoir un petit aperçu de l’expo :

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Le dispositif NFC est-il un outil de médiation pertinent ? L’exemple Dynamo | Culture et Communication
    11 mai 2013 at 22:23 Répondre

    […] No Comments L’exposition événement de ce printemps à Paris, vous ne l’aurez certainement pas manqué, est l’exposition phare et labyrinthique Dynamo aux galeries nationales du Grand Palais. […]

Laissez un commentaire