Le dispositif NFC est-il un outil de médiation pertinent ? L’exemple Dynamo

L’exposition événement de ce printemps à Paris, vous ne l’aurez certainement pas manqué, est l’exposition phare et labyrinthique Dynamo aux galeries nationales du Grand Palais.

Organisée par la Réunion des musées nationaux, cette exposition a vocation à présenter l’art cinétique à travers ses œuvres les plus emblématiques (170 artistes sur 4000m² tout de même). Un des partenaires de l’exposition, Orange, a développé avec la RMN un dispositif de médiation et collaboration d’un nouveau genre pour une exposition de ce type et de cette taille en France.

Invitée à découvrir l’exposition et à tester le dispositif, je me suis rapidement interrogée sur la pertinence d’une telle technologie en tant qu’outil de médiation d’exposition.

 

Qu’est-ce que la technologie NFC ?

NFC veut tout d’abord dire Near Field Communication. Technologie de communication de proximité (quelques centimètres) lancée par Sony et Philips, le Near Field Communication (communications en champ proche) permet d’échanger des données entre un lecteur et n’importe quel terminal mobile ou entre les terminaux eux-mêmes et ce, à un débit maximum de 424 Kbits/s.

NFC, une nouvelle technologie sans contact ?

NFC, une nouvelle technologie sans contact ?

A l’instar de la technologie RFID qui utilise des marqueurs passifs (elle utilise aussi des marqueurs actifs), les communications NFC s’appuient sur le lecteur pour transmettre la puissance à la puce NFC par radiofréquence. La gamme de fréquence utilisée est élevée, il s’agit de la gamme des 13,56 MHz.

Les utilisations sont multiples : un téléphone portable peut se connecter à un ordinateur pour télécharger un fichier, un appareil photo enverra des images à un PDA, un téléviseur échangera des données avec un smartphone… Au-delà, ce sont les marchés du contrôle d’accès, de la billetterie ou des bornes interactives de tout type qui sont concernés, mais aussi les achats par simple approche d’un terminal pourront avoir lieu (achat d’un produit vendu en distributeur en approchant son téléphone portable de la vitre, par exemple…).

Cette technologie , comparativement aux autres technologies sans contact existantes (le Bluetooth par exemple), fait montre de deux précieux atouts. Le premier réside dans les caractéristiques mêmes des puces NFC : de taille très réduite, elles sont conçues pour qu’un lecteur puisse dialoguer avec plusieurs d’entre elles de manière simultanée, sans risque de collision.

Enfin, dernière promesse de la technologie : permettre le paiement et l’échange de données sécurisés. L’encodage et le chiffrement embarqués sont en effet destinés à assurer le maximum de sécurité aux transactions.

Le déploiement de la technologie NFC (« Near Field Communication ») fait partie des axes stratégiques d’innovation d’Orange. Reconnu comme l’un des acteurs phares en Europe sur ce marché, Orange s’attache à accroître l’accès aux services NFC pour simplifier le quotidien de ses clients. Cette technologie, qui est une application de la technologie RFID, permet l’échange de données à une distance de quelques centimètres. Cette innovation permet aux utilisateurs en un simple geste d’accéder très facilement avec leur mobile à tout un univers de services, par exemple, payer dans les magasins, valider des titres de transports, stocker des cartes de fidélité, mais aussi déclencher des actions comme appeler un numéro favori,  envoyer une photo etc… en posant simplement son téléphone sur un tag ou un terminal NFC.

Le dispositif NFC d’Orange lors de l’exposition Dynamo au Grand Palais

Orange et la RMN ont souhaité créer pour cette exposition un dispositif original permettant aux visiteur d’interagir avec les œuvres  Orange est très investie dans l’expérimentation de nouvelles technologies et nouveaux outils. L’idée a donc été ici, au lieu de partir sur un QR code (autre technologie sans contact), de faire découvrir le NFC aux visiteurs.

Si le mobile du visiteur est compatible avec cette technologie (car tous ne le sont pas), ce dernier peut en effet très vite devenir acteur de l’exposition, en partager les impressions par le texte, la voix et surtout l’image avec ses amis sur Facebook et ses contacts sur Twitter, mais aussi garder dans un «carnet» la trace de sa visite. Le principe est donc effectivement assez sympathique. C’est en entrant au sein de l’exposition que l’on se rend compte qu’assez peu de personnes équipées de téléphones intelligents connaissent et savent utiliser la technologie NFC. Bien que des hôtesses et du personnel du Grand Palais soient présents pour fournir des explications, il faut reconnaître que la découverte de ce nouvel outil de médiation, au-delà même d’interagir avec les œuvres  permet aux visiteurs tout d’abord d’interagir entre eux !
Cette technologie vient donc a en être assez vite prise en main, 35 œuvres (seulement) pouvant être photographiées et partagées via la technologie NFC ou l’application (cette dernière étant là pour les personnes n’ayant pas de smartphone compatible avec le NFC, comme les iPhone).

Plusieurs visiteurs en train d’interagir avec leur smartphone, face à « Transchromie mécanique » (1965) de Carlos Cruz-Diez.

Plusieurs visiteurs en train d’interagir avec leur smartphone, face à « Transchromie mécanique » (1965) de Carlos Cruz-Diez.

Le plus surprenant sans aucun doute a été de voir le nombre de visiteurs interagir avec leur smartphone, là devant une sculpture abstraite rouge, ici face à un carrousel de lumières ou une construction de miroirs… Armés de leur mobile transformé en accessoire de visite grâce à l’application gratuite Dynamo pour Android ou iPhone, ils prennent des photos ou des vidéos, font des commentaires et les partagent sur Facebook ou sur Twitter… Ces publications en direct sont ensuite reprises sur un grand mur interactif au rez-de-chaussée du Grand Palais et bien sûr sur les sites web http://www.grandpalais.fr et www.orange-expomusees.com.

Vue de l'application Dynamo

Vue de l'application Dynamo

Vue du mur interactif © DR

Vue du mur interactif © DR

Quel avenir pour cette technologie ?

L’heure du bilan pour l’exposition Dynamo n’est pas encore arrivée, l’exposition durant jusqu’au 23 juillet 2013.
Néanmoins, il est intéressant de souligner plusieurs points qui, malheureusement, montrent que cette expérimentation était peut-être un tout petit peu en avance sur son temps :

 La faible proportion de mobiles compatibles sur le marché français

A fin 2012, 23,8 millions d’habitants en France possédaient un smartphone (chiffres de l’Association française du marketing mobile) soit 47% de la population. En février 2013, seuls 2 873 000 mobiles étaient équipés de la technologie NFC (chiffres de l’Observatoire du NFC et sans contact). En partant du principe que chaque habitant ne possède qu’un seul smartphone (ce qui n’est pas toujours le cas), les mobiles compatibles avec cette technologie ne représentent que 12% des smartphones possédés en France, soit 5% des ménages français, dans l’hypothèse la plus optimiste !

Statistiques technologies sans contact © Observatoire du NFC et du sans-contact

Statistiques technologies sans contact © Observatoire du NFC et du sans-contact

Orange, par son partenariat avec la RMN pour cette exposition, a donc peut-être souhaité démontrer que la France, marché mature dans le domaine des smartphones et supports embarqués, était prête, au même titre que la Corée du Sud, à adopter la technologie NFC, d’autant plus que selon l’agence spécialisée ABI Research,  le marché du NFC devrait pousser à produire 1,95 milliard de terminaux NFC d’ici à 2017 … En attendant, l”opérateur avait pris acte de ce faible taux de pénétration et proposait donc aux visiteurs de s’équiper d’un terminal adéquat.

Une question de droits…

Le problème principal qui s’est posé lors de l’exposition Dynamo, outre le fait que je ne possédais pas de téléphone compatible avec la technologie NFC, était que les œuvres exposées étaient toutes soumises à l’autorisation des artistes ou de leurs ayants droits pour la prise de photographies (même personnelles) et leur partage sur Internet. C’est pourquoi, seules 35 œuvres pouvaient être photographiées. L’élan du départ (dans la première salle, il est possible de photographier plusieurs œuvres à la suite) s’est rapidement brisé lorsque le personnel des galeries nous a indiqué que les œuvres que nous souhaitions sauvegarder dans notre carnet de visite ne pouvaient être photographiée.

La déception n’est donc pas tant ici due au dispositif NFC qu’à son inadéquation avec les œuvres et le parcours. Dans l’idée, le parcours de médiation avec la technologie NFC était intéressant, quoique inadapté (d’où la création, peut-être de l’application sur iPhone et Android). On aura bien compris qu’Orange souhaitait militer en faveur de cette technologie, qui ont le rappelle fait partie de ses axes de développement stratégiques. On regrette simplement que la RMN n’ait pas anticipé ce problème et la déception qui l’accompagne, en l’annonçant par exemple bien plus en amont.

 

Sur le même sujet

9 Commentaires

  1. iggypost
    16 mai 2013 at 08:23 Répondre

    Voilà une application de plus des technologies NFC, que l’on voit déjà dans plusieurs secteurs mais cette fois elle offre de nouvelles perspectives culturelles intéressantes. Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez visiter ce blog http://tiny.cc/p1agww

    • Aude MATHEY
      16 mai 2013 at 17:42 Répondre

      Et justement, avez-vous déjà travaillé avec des lieux d’exposition sur un dispositif NFC ? Car je vois sur votre site que ça fait partie des technologies que vous développez.

      • iggypost
        20 juin 2013 at 12:07 Répondre

        Bonjour, pour le moment non nous n’avons pas encore travaillé avec des lieux d’exposition de ce genre (et il est vrai que nous n’en manquons pas à Berlin), et c’est pourquoi ce qui est fait au grand palais, via le nfc et l’application dédiée, est très intéressant. cela ouvre pas mal de perspectives même si pour le moment les visiteurs possédant un iPhone par exemple ne peuvent pas en profiter comme ils le souhaiteraient.

  2. Aude MATHEY
    13 juin 2013 at 18:43 Répondre

    Un article de plus sur la technologie NFC et son adoption (ou pas) par Apple… Attention l’article est en anglais, mais cela ne l’empêche pas d’être fort intéressant 🙂 : http://techcrunch.com/2013/06/12/nfc/?ncid=tcdaily

  3. Baboulène Agnès
    3 juillet 2013 at 09:21 Répondre

    Démarche intéressante… Une question cependant à vous qui avez vécu cette “visite NFC” : par expérience (je suis guide-conférencière) : j’ai remarqué que les visiteurs lorsqu’ils prennent des photos ne regardent plus vraiment les œuvres (ce qui est pourtant l’intérêt d’une visite d’expo…) mais passent d’un cliché à l’autre ; que se passe-t-il lorsqu’ils sont occupées à partager ces photos, etc ?

    • Aude MATHEY
      3 juillet 2013 at 13:29 Répondre

      Vous voulez dire ce qu’il se passe dans leur tête ? Je ne sais pas. 😉 par contre, dans mon cas, je ne prends en photo que les œuvres qui m’ont marquée. Mais je ne suis qu’un exemple parmi d’autres. Dans le cas de cette exposition, je n’ai pas été gênée par les visiteurs qui prenaient les photos. Le parcours était suffisamment bien fait pour que tout le monde puisse avoir accès aux œuvres.

  4. Le dispositif NFC est-il un outil de médiation pertinent ? L’exemple Dynamo | Tout savoir sur le NFC
    6 septembre 2013 at 07:25 Répondre

    […] l’article en entier sur "C&C" Évaluez ceci :Partager:WordPress:J’aime chargement… communication, culture, […]

  5. Quel intérêt d’un MOOC pour une institution culturelle ? | Culture et Communication
    22 mars 2015 at 23:58 Répondre

    […] au test de nouveaux outils et plateformes numériques est également courant, comme j’ai eu le plaisir de tester (en fait pas vraiment) la technologie NFC lors de l’exposition Dynamo au Grand Palais en 2013. Donc rien de nouveau sous le soleil […]

  6. What is the point of a MOOC for an arts organization? | Culture and Communications
    22 mars 2015 at 23:58 Répondre

    […] The company’s investment as to test new tools and digital platforms is also common, as I have had the pleasure discover NFC technology at the Grand Palais exhibit “Dynamo” in 2013. So nothing new under the sun when Orange […]

Laissez un commentaire