Getty Images révolutionne-t-il le droit d’auteur ?

Vous avez sûrement dûr voir passer plusieurs articles dans la presse jeudi 6 mars au sujet de “l’offre gratuite d’images” par Getty Images.

Je mets les guillemets tout simplement parce que cette offre est soumise à certaines restrictions. Et vous savez quoi ? Je trouve cela normal.

Je tiens à le dire tout de suite, je suis effectivement salariée chez Getty Images, mais cet article n’est pas sponsorisé ni relu par ma hiérarchie ou tout autre service juridique ou des relations presse. Voyez simplement cela comme un article écrit par quelqu’un qui sait de quoi il retourne.

Nombre d’articles très intéressants et très bien documentés (je tiens à le souligner, car parfois cela laisse à désirer) sont accessibles ici (en anglais) et là (en français).

Des millions d’images offertes à tout le monde ?

Non, ne rêvons pas. Que feriez-vous du droit d’auteur ? Comment payer les photographes qui proposent leurs photos ? Sans compter que dans le domaine économique, on appelle cela du dumping.

Le terme de dumping (de l’anglais to dump, « déverser », « se débarrasser de ») désigne des pratiques commerciales contraires à l’esprit de concurrence. Ces actions peuvent être qualifiées comme étant déloyales, voire comme étant franchement abusives, correspondant à des positions ou agissements interdits par les réglementations nationales ou internationales.

Cela peut donner lieu à rechercher une réparation du préjudice subi devant les instances judiciaires compétentes en fonction du périmètre de l’infraction (échelon national, inter-étatique, ou international).

Un exemple de dumping (illégal) est la constatation objective d’une vente à perte (vente d’un produit à un prix inférieur au prix de revient).

Les images sont simplement gratuites d’utilisation pour les particuliers et les blogueurs, et ce uniquement à des fins uniquement non-commerciales.

C’est-à-dire que vous pouvez partager une image Getty Images comme je le fais ici:

Mais certainement pas l’utiliser pour en faire votre promotion (et de toute façon, vous savez quoi ? Vous ne pouvez pas la modifier). Un blog d’entreprise rentre dans cette catégorie.

Getty s’en met plein les poches avec cette histoire

Pour l’instant non, même si Getty Images a envisagé (lisez bien les termes et conditions) de récupérer les données des sites utilisant le code de partage et se réserve le droit de faire de la publicité (comme le fait Youtube ou Deezer soit dit en passant) afin de se rémunérer et surtout… de rémunérer ses photographes.

Cette nouvelle offre sert tout bêtement à éviter que tout-un-chacun pique des images sur Google Images (car oui, Google Images n’est pas une banque d’images, mais un moteur de recherche et ce n’est absolument pas la même chose) et reçoive ensuite un courrier lui demandant de débourser quelques centaines d’euros ou de dollars en droits d’auteurs et pénalités… Et comme on s’en doute, les particuliers et les blogueurs ont rarement les moyens de répondre à ce type de courrier.

Bref, en termes de revenus, rien de nouveau sous le soleil.

Cela tire vers le bas le travail des photographes

Là non plus, ce n’est pas le cas. Tout d’abord, pour les utilisations commerciales, on vous demandera toujours d’acheter la licence de l’image (oui, on achète une licence = droit d’auteur, pas l’image en tant que telle). Ensuite, si vous êtes un magazine ou un journal d’actualités, vous vous rendez compte que les imgaes proposées ne recouvrent pas toute la collection (il y a des restrictions, du fait des partenariats, du droit d’auteur, etc.). Vous risquez donc d’être sacrément limité dans vos choix. Donc il y aura toujours un marché pour ce type de contenu et donc les photographes toucheront aussi leurs royalties.

Enfin, ne vaut-il pas mieux qu’un particulier utilise légalement une image créditée (avec le nom du photographe donc, et qui en plus renvoie vers la photo sur le site de Getty Images) qui pourra éventuellement recevoir de la publicité qu’une photo rognée sans aucune mention de l’événement  ni de l’auteur ?

C’est une révolution dans le domaine du droit d’auteur

A mon sens, pas vraiment. Youtube et Deezer font déjà cela et eux aussi financent ce service avec de la publicité et les données dont ils disposent…

C’est surtout un très bon coup marketing (on verra dorénavant le nom de Getty Images partout), mais aussi une adaptation nécessaire au marché des contenus et du droit d’auteur (avec au passage, on l’espère, une certaine éducation au droit d’auteur) avec surtout l’intelligence et la finesse d’avoir coupé l’herbe sous le pied des concurrents.

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Getty Images révolutionne-t-il le droit ...
    13 mars 2014 at 16:37 Répondre

    […] Vous avez sûrement dûr voir passer plusieurs articles dans la presse jeudi 6 mars au sujet de « l’offre gratuite d’images » par Getty Images.Je mets les guillemets tout simplement parce que cette offre est soumise à certaines restrictions. Et vous savez quoi ? Je trouve cela normal.  […]

Laissez un commentaire