Culture chinoise, New York, Fashion et réseaux sociaux : un combo gagnant

« La Chine de l’autre côté du miroir » :  l’engouement autour de la culture chinoise ne se dément pas et s’exporte, que ce soit par l’art, par la mode ou simplement par le langage.

De la réussite d’une stratégie marketing digitale à la fascination pour l’Empire du milieu, il n’y a qu’un pas :

Retour sur les réseaux sociaux, parsemé d’art et de culture, le tout servi sur  de la porcelaine chinoise.

La Chine est en vogue, encore plus dans le domaine de l’art et de la culture outre-Atlantique.

En effet, Le prestigieux MET (Metropolitan Museum) de New York  a organisé l’exposition « La Chine : De L’autre Côté du Miroir » (« China: Trough The Looking Glass ») qui s’est tenue, du 7 mai au 7 septembre. Celle-ci explore l’impact de l’esthétique chinoise sur la mode occidentale et comment elle a alimenté l’imagination de la mode pendant des siècles.

Ainsi, l’exposition juxtapose l’art chinois à la haute couture occidentale, inspirée par les porcelaines, peintures  et costumes traditionnels de l’Empire du Milieu.

robe chine fb met

porcelaine robe chinoise met

Utiliser les Medias sociaux

La haute-couture est un domaine qui fascine le public, même ceux qui ne sont pas portés sur l’art. Outre l’intérêt manifeste que représente l’exposition, l’institution a bien mené sa stratégie marketing digitale sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Twitter, Facebook ou encore Pinterest.

Par ailleurs le Met a réussi également sa communication en Chine puisqu’il a mis en place un compte Weibo pour promouvoir en chinois l’exposition sur l’un des plus populaires  réseaux sociaux chinois.

page weibo met

En utilisant  avec succès ces réseaux sociaux,  Le Met a ciblé un public plus large que ses visiteurs habituels à savoir une catégorie plus jeune et plus connectée.

social media China Culture
Social Media Culture Museum

Plus de photos sur leur site officiel

Social Media CHinese

Sa stratégie a porté ses fruits au regard du nombre de visiteurs, dont 6.3 millions étaient recensés seulement en juillet. L’exposition fut d’ailleurs prolongée.

La culture chinoise fascine donc encore le monde occidental, et l’on assiste depuis quelques années à un véritable engouement pour la Chine, qui recense pas moins de **** d’expatriés, que ce soit pour des projets de carrière ou seulement touristiques.

 

La Chine investit dans la culture

Vous devez le savoir, la Chine investit dans la culture et avec ses instituts Confusius, elle souhaite diffuser la culture de l’Empire du milieu dans le monde. Seulement, la barrière de la langue reste l’obstacle numéro 1 pour le reste du monde explique le fondateur de TailorMade (Chinese Center) qui tire son épingle du jeu en proposant des cours axés Culture et apprentissage de l’art chinois sur Pékin uniquement. Une élégance à l’anglaise  pour apprendre la langue de Confucius, que ce soit à l’institut même ou chez soi, en ligne.

Le marché de l’art explose et a dépassé celui des Etats unis (source lemonde.fr). La tendance s’est retournée depuis le début de l’année 2015 et les adjudications de « fine art »,”c’est-à-dire hors antiquités, biens culturels anonymes et mobilier –, se sont tassées de 5,3 %, passant de 8 milliards à 7,6 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros).”

Il faut savoir que le marché chinois, qui avait été le principal moteur du secteur au cours des dernières années, au point de dépasser les Etats-Unis en 2014 avait stagné suite aux campagnes anti corruption. Après avoir bondi de 214 % entre 2009 et 2014, le produit des ventes d’art avait plongé de 30 % au premier semestre 2015, mais l’avenir reste focalisé sur l’empire du milieu, avec ses milliardaires.

Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. Culture chinoise, New York, Fashion et r&eacute...
    16 décembre 2015 at 21:57 Répondre

    […] « La Chine de l’autre côté du miroir » : l’engouement autour de la culture chinoise ne se dément pas et s’exporte, que ce soit par l’art, par la mode ou simplement par le langage.  […]

  2. La bibliothèque la plus impressionnante du monde est à Shanghai – Culturecom
    23 juillet 2016 at 06:16 Répondre

    […] vide en ce futuriste labyrinthe de livres. L’atmosphère y est unique, entre des éléments orientaux et occidentaux, à Thames Town, un village de style britannique, la bibliothèque a été conçue […]

Laissez un commentaire