Disclaimer

A partir de ce jour, vous aurez le droit de trouver, pêle-mêle, des petits articles sur le Japon, chroniques, curiosités et autres petits joyeusetés que la vie d’expatrié peut vous réserver. L’accent sera mis en particulier sur la culture du pays et potentiellement les barrières culturelles qu’un petit européen pourra rencontrer au cours de son périple en terre nippone.

Oh, je vous vois venir, lecteurs avides et affamés – redondance – à guetter le moindre envoi de vidéo totalement délurée de jeune chanteuse pop habillée en maid multicolore et hurlant d’une voix suraigüe des paroles complexes telles que « PONPON » sur une musique si sucrée que la simple mention vous gratifierait d’un violent diabète de type 2.

Et paf, un ptit coup d’insuline pour la route

Sachez qu’il n’en sera rien. Ou plutôt, mettez-vous en tête que votre dévoué et humble serviteur n’aura cure de vous dégotter les dernières inventions farfelues trouvables par tout un chacun sur le grand Internet du monde globalisé (mes pléonasmes n’engagent que moi). Si d’aventure il me venait l’idée de partager quelque chose du genre, je le ferai. Point d’interdit non plus, tout de même.

Ainsi donc, seules des expériences marquantes vous seront narrées, avec parfois des réflexions personnelles, dignes de tout バカ がいじん (baka gaijin, je ne traduis pas) perdu dans ces contrées lointaines.

« Pourquoi ? » vous esclafferez-vous avec une véhémence assez improbable pour des personnes sirotant des mojitos, allongés sur le bord de votre piscine avec débordement de Saint-Raphaël, en compulsant d’un œil distrait votre dernière tablette à la mode connectée sur ce blog.

La raison est simple. Les descriptions historiques – que, selon mon humeur, je serai susceptible d’attacher à mes élucubrations dévergondées – sont aisément trouvables sur n’importe quel site touristique ou brochure à contenu culturel, voire encyclopédie. Je n’ai pas que cela à faire de vous raconter par le menu la vie d’Oda Nobunaga.

Alors attachez vos fundoshi, ça va envoyer du pâté. Ou des mochis.

Nan mais en fait, c’est totalement surfait les slips

Sur le même sujet

Un commentaire

  1. Culture populaire à la sauce japonaise | Culture et Communication
    18 octobre 2013 at 15:45 Répondre

    […] par une musique mielleuse soutenue par les paroles d’une chanteuse en petite tenue. Camarades, relisez vos classiques car il n’en sera rien. Aujourd’hui, présentation d’un groupe très chouette – et très […]

Laissez un commentaire