Le musée virtuel 5 ans après

Il y a 5 ans (ou presque), je publiais “Le musée virtuel, quel avenir pour la culture numérique ?” et m’interrogeai sur la possibilité non pas d’une île mais de la réalisation d’un tel musée, au sens où l’entendait Malraux, pour les institutions culturelles.

 

Après son projet de bibliothèque universelle, Google poursuit sa “mission de vulgarisation” dans le secteur culturel avec le Google Art Project. Autant le projet de numérisation de bibliothèques entières posait problème au sens où Google pouvait potentiellement assurer la mainmise sur une partie d’information mondiale, autant dans cette expérience il semblerait que le géant de l’informatique ait retenu les leçons de ses détracteurs.

 

En effet, sur les 17 musées partenaires, seules une parties des galeries et des salles sont numérisées façon StreetView et chaque musée partenaire (dont le Château de Versailles) choisit une oeuvre photographiée par Google à ultra haute définition (7 milliards de pixels – soit 1 000 fois plus qu’un appareil photo numérique moyen). De plus, pour chaque artiste ou ayant droit d’artiste ne souhaitant pas apparaître dans le ArtProject, l’oeuvre est floutée.

 

Chaque visiteur peut s’inscrire et créer sa propre galerie personnelle. Par exemple, voici la petite galerie de Culture & Communication : http://goo.gl/zbLU6

 

Pour chaque oeuvre choisir, il vous est possible de zoomer sur un détail (à la netteté éblouissante) et de le sauvegarder comme tel.

Galerie et zoom sur une oeuvre

 

Pourquoi le lancement d’un tel projet ?

 

Selon Amit Sood, le développeur en charge du projet chez Google, ce projet a vu le jour de façon à développer la fréquentation des sites culturels, à susciter la curiosité du public par la qualité de reproduction d’oeuvres emblématiques. De nouveaux partenaires, toujours selon Amit Sood, devraient rejoindre le projet.

 

Si ce projet vient à rencontrer le succès escompté et attendu de Google, il y a de fortes chances qu’il soit utilisé comme une source supplémentaire de revenus, par exemple via une cotisation des nouvelles institutions s’inscrivant au projet…

Sur le même sujet

3 Commentaires

  1. Culture et Communication » Retour sur l’expérience Google Art et Art Finder
    28 mai 2011 at 13:09 Répondre

    […] sur l’expérience Google Art et Art Finder Dans un article précédent, je découvrais avec vous Google Art, le nouveau projet de musée virtuel imaginé par Google […]

  2. Quand la presse s’intéresse au musée virtuel
    5 avril 2012 at 06:27 Répondre

    […] mon dernier ouvrage « Le musée virtuel : les nouveaux enjeux« , je faisais part de ma déception du Google Art Project. A l’époque, seuls 17 […]

  3. Quand la presse s’intéresse au musée virtuel
    18 juin 2012 at 09:36 Répondre

    […] mon dernier ouvrage « Le musée virtuel : les nouveaux enjeux« , je faisais part de ma déception du Google Art Project. A l’époque, seuls 17 […]

Laissez un commentaire